non-parentalitéféminisme

Pourquoi je ne veux pas d'enfant

Eline Par  Eline , le 1 mai 2021 4 5 minutes à lire

TW : attention, si tu penses que tu peux être heurté-e par le sujet de la non-parentalité choisie (je pense notamment aux personnes qui ne peuvent pas avoir d’enfant mais qui en voudraient), ne lis peut-être pas cet article ❤️


Bon alors, gros sujet là ! 

Pour commencer, est-ce qu’on pourrait laisser les gens en paix quant à leurs décisions d’être ou de ne pas être des mères et des pères ? 😑 J’ai beaucoup de « chance » de ne pas subir de pression sociale sur cette question mais je sais que ce n’est pas le cas de tous-tes. 


Pour la mise en contexte : je suis une femme de 26 ans, en couple hétéro depuis 6 ans avec un homme merveilleux de 31 ans. On arrive donc dans un moment « normal », selon cette bonne vieille société, pour vouloir un enfant. Je n’ai rien contre les enfants, je ne les trouve pas plus mignons que la moyenne, pour moi ce sont des personnes : avec certaines, je me sens à l’aise, et avec d’autres non. Je trouve le sujet de la parentalité PASSIONNANT ! J’aime lire sur le sujet de l’éducation, j’aime apprendre sur la grossesse et l’accouchement, sans aucune aversion. 

Inconsciemment, je pense que j’attendais d’arriver à un certain âge pour en parler, pour avoir l’air plus crédible j’imagine… Mais voilà, je ne veux pas d’enfant. 

La réflexion s’est faîte en couple avec mon amoureux. On était plutôt « contre » sans avoir d’avis arrêté à la base. Et notre vraie volonté de rester sans enfant s’est forgée avec le temps, beaucoup de discussions et d’introspection. 

Nous avons déjà pensé à l’adoption par le passé par contre, mais cette option ne nous intéresse plus du tout pour la raison 1 que je vais t’exposer en-dessous et aussi car nous avons été sensibilisé-es aux problèmes que pose l’adoption, notamment les mécanismes colonialistes de l’adoption internationale mais c’est un autre sujet ;)  


Je vois 3 raisons principales pour lesquelles je ne veux pas d’enfant : 

  • Le quotidien : 

Même si la partie éducation m’intéresse, on va pas se mentir, ce n’est pas que ça le quotidien d’un parent. C’est aussi une charge mentale, des horaires parfois, un travail domestique supplémentaire… et c’est normal, c’est un humain à charge qui dépend de nous quand même ! Et cette partie là ne m’intéresse pas du tout. C’est un quotidien qui ne m’attire pas. Je dirais même que je ne vois pas l’interêt de changer autant ma vie. J’aime ma vie, ma liberté… c’est aussi simple que ça :) 

  • Le reste du monde : 

Je trouve aussi que le monde n’est pas assez bien pour mon enfant. Sans même parler spécifiquement d’écologie, on vit dans un monde bien compliqué ;) Partout dans le monde, des personnes subissent toutes formes d’oppressions, manquent de ressources vitales, sont stigmatisées… Même si mon enfant de privilégiée n’aura peut-être pas à confronter directement tout ça, ben c’est un monde dans lequel il est difficile de vivre heureux-se, de faire abstraction de ses dysfonctionnements. 

  • L’absence de consentement : 

Alors là, je sens que je vais te perdre ;) Ahah… J’avoue que cette raison là est beaucoup plus personnelle, c’est MON ressenti et je n’attends pas que tout le monde comprenne. 

Nous n’avons, tous-tes, jamais demandé à venir au monde. Et personnellement, je ne trouve pas que la vie soit un cadeau ou un miracle dont il faille forcément se réjouir. Ça dépend ça dépasse… Un être, avant d’être conçu, ne peut par définition pas donner son consentement à naître. Et je sais que la vie peut être dure. Même dans une vie heureuse, il y a un lot de souffrance, nous allons tous-tes connaître le deuil par exemple. Et c’est aussi possible d’être complètement inadapté-e à notre société, de ne jamais trouver sa place, de ne jamais être heureux-se ou simplement bien. Je ne peux pas savoir à l’avance si mon enfant aimera la vie. Et je ne souhaite pas décider de mettre au monde une personne qui connaîtra de grandes souffrances. Je ne trouve pas spécialement que la vie « en vaille la peine » toujours, pour tout le monde. 

En fait, je n’ai pas d’argument justifiant qu’un être ait plus d’intérêt à exister qu’à ne pas exister. 


Bon, après tout ça, je tiens à te rassurer : moi, ça va ;) ahah ! J’ai conscience que mes mots peuvent paraître sombres. Mais je ne le suis pas du tout. Dans ma tête, ces réflexions sont purement rationnelles, presque mathématiques. Je ne tiens pas à vivre le quotidien d’un parent + je ne trouve pas le monde assez bien + c’est fort possible que la personne mise au monde souffre = je n’aurais pas d’enfant. C’est tout :) 


J’en ai déjà parlé un petit peu mais je souhaitais apporter mon témoignage complet sur cette question. En fait, il y a quelques années je lisais beaucoup sur le sujet de la non-parentalité et j’ai aussi écouté beaucoup de podcasts là-dessus. Mais je n’ai jamais entendu un témoignage qui me parle vraiment ! 

Alors je me dis que je ne suis pas la seule et que mes raisons pourront faire écho avec d’autres personnes qui cherchent aussi à développer leur opinion sur la question ! 


Merci de m’avoir lue sur ce sujet si personnel. 

Pour plus de témoignages et de réflexion sur le sujet, je te conseille le compte instagram @jeneveuxpasdenfant ❤️

Laisse un petit mot :)

4 petits mots